Chat alors!

Que de larmes j’ai versées
Le jour où j’ai compris
Que cette fois pour de bon
Tu nous avais quittés
Et que jamais plus tu ne reviendrais
Amour de « BANDIT »
C’est au royaume des chats
Que tu reposes et règnes désormais,
En maître sur la terre comme au ciel.
Rien de plus normal quand on est un
« PACHA »
Combien de sobriquets
Nous t’avons donnés !
Souvent de toi je disais
Que tu étais un caractériel
A ta façon de tous nous dominer,
Tu savais très vite nous faire comprendre
Qu’il ne fallait pas t’énerver.
Combien d’heures j’ai passées
A te regarder faire,
Cha me plaisait, j’aimais Cha
Et je t’aimais TOI.
Toi mon BIQUET qui courait d’une pièce à l’autre
Et qui sautait tel un cabri,
En cassant parfois quelques objets….
Cha m’énervait bien sûr
Mais tu savais tellement t’y prendre,
En te câlinant avec cette fière allure,
Que très vite tes bêtises j’oubliais.
Pendant des années j’ai contemplé ta beauté
Je t’ai si souvent analysé,
Qu’a l’avance je prévoyais tes réactions.
Je t’ai protégé comme une mère protège
Son POUPON
J’aimais te caresser, te parler, te flatter
Cha ne durait jamais longtemps,
Je te connaissais et je savais
Quand il fallait que je m’arrête.
Avant que tu ne prennes le clé des champs.
Combien de bonheur tu nous as procuré
J’aurais aimé qu’il dure
UNE ÉTERNITÉ.
Entre nous, il y avait beaucoup d’amour
Tu étais « MA GUEULE DE VELOURS »
Combien de fois pour toi j’étais en souci
Tu partais pour ne revenir
Qu’après de longs jours de tourment.
Toi ma peluche, mon amour de minet
Toi que j’appelais aussi
« MON POUPONNET »
Je souhaite de tout mon cœur,
Que tu vives ta deuxième vie
Pleine de bonheur
Dans ton paradis.
Aujourd’hui, tu n’es plus là
Mais partout où je suis , je te vois
Tu habites toujours mes pensées,
Dans mon cœur à jamais tu resteras
MON MERVEILLEUX SIAMOIS.

Poupie

 

 

Retour

 

Retour à la page principale

 

0037145